La curieuse crise de Second Life

J’avoue que ne pas faire l’unanimité est tout à fait normal.  Mais comment peut on dire qu’une société est moribonde lorsqu’elle a levé 20 millions de dollars et qu’elle a atteint son break even point ( « seuil de rentabilité ») depuis un an.

Dans la vidéo (ici) on nous annonce 5 Millions de dollars de revenus mensuel. Doit-on croire l’un des principaux investisseurs ? Il est vrai que les observateurs d’un soir noteront ce curieux propos  « c’est une des sociétés dans laquelle nous investissons qui a la plus forte progression en terme de revenus ».

Benchmark capital est un petit fonds d’investissement ( son portfolio ) : AOL, Bebo, Ebay, Friendster, Gaia interactive, metacafe,1-800-Flowers, Palm, MySQL, Redhat, Rambus, Jamdat, E-Loan. J’ai juste vérifié si cela est réaliste. Même s’il y a beaucoup de vétérans du web ceux ci semblent oublier l’un des business Internet à savoir l’hébergement.

Second Life fonctionne sur certains points comme un hébergeur et ses tarifs sont élevés (je ne connais pas la politique de pricing de Linden lab mais une baisse des prix amènerait beaucoup de petits projets qui sont d’ailleurs l’essentiel de SL actuellement à l’inverse des sociétés et marques).

En prenant le nombres d’îles existantes en Mars (13348 îles) et sachant que les frais de maintenance mensuels sont de 295 dollars(une île = un serveur), cela donne un résultat de 3 937 660 de dollars sur une source. En ajoutant la base de membre payant de l’ordre de 92096 (9.95 dollars par mois ou 6 dollars à l’année)(prenons l’hypothèse basse à 6 dollars = 552 576, en considérant l’achat d’île à 1675 dollars (ex : 487 achats pour Mars = 815 725). Il y a encore des sources (l’import de textures qui coûte 10 lindens (tout ce que vous voyez dans sl nécessite une texture donc il en faut beaucoup, les terrains achetés sur la zone principale (mainland), je ne compte pas les openspace ou voids qui ajoutent de la capacité serveur (415 dollars à l’achat + 75 dollars de maintenance mensuelle( le lot peut monter à quatre), les changements techniques facturés, se marier coûte 10 lindens, divorcer 20  etc…)mais arrêtons nous là pour voir si bertrand est d’accord.

2006_01_25_dcedl_1337.jpg

5 000 000    3 937 660 + 552 576 + 815 725 = 5 305 961 dollars.


Le compte est bon. (voir en excédent sans tout prendre en compte)
Tout n’est pas pris en compte donc Linden Lab fait plus de 5 millions de dollars sur mars avec trois sources et une audience minimale. Audience minimale qu’il faut reconnaître mais qui n’est pas comprise car le vrai indicateur fiable pour l’instant c’est le temps passé dans un monde virtuel et il augmente au détriment de la télé d’où l’essor de projets ou d’investissements dans des mondes virtuels pour enfants. (là il y aura des morts)

Rappelons la barrière à l’entrée du client qu’il faut télécharger. Dès lors toute comparaison avec un site web est caduque. L’acquisition d’audience est plus rude et le manque d’outil d’aide et une interface « soviétique » ne profite pas à la fidélisation. Vaut il mieux avoir une faible audience et des revenus et un potentiel de marché ou une audience massive et pas ou peu de revenus ? (Napster avait 70 millions d’utilisateurs). 

Second Life et son éditeur sont donc à l’agonie selon les spécialistes à l’inverse des nombreux services divers ayant levé des fonds et qui cherchent encore des moyens de monétisation. J’utilise les chiffres fournis par Linden lab depuis le début et sur la même page. La transparence est d’ailleurs une des erreurs marketing de SL (trop d’honnêteté n’est pas forcément récompensé). A contrario de beaucoup de site qui n’explique pas les ficelles de l’audience dupliquée, Linden lab a fourni trop de données. Un site Internet aurait rarement publié son taux de churn identifiable avec les connections mensuelles et bien gardé à vue l’unique chiffre de création d’avatars (13 millions) qui excitait tant les journalistes.

Les Lindens sont peut être un peu trop idéaliste et d’ailleurs leur moyen de fonctionnement est assez spécifique (tao linden). J’avoue de loin être un peu sceptique au niveau productivité sur ce mode de fonctionnement et finalement la société gagne de l’argent. Rappelons que Philip Rosedale est l’ancien CTO de Realnetworks et non CEO. Mitch Kapor le dit lui-même « Bill gates est une exception ». Un technicien comme Rosedale n’a pas les réflexes d’un manager international qui n’aurait pas oublié la V.AT (tva). Chez Ebay, Pierre Omidyar a laissé les reines à une killeuse qui a boosté sa société, Google a monté un triumvirat… Il est donc temps de passer à un autre phase car le marché est entrain d’émerger (liste non exhaustive).  

Pendant que les observateurs d’un soir ricanent de cette belle mort annoncée, la petite Katharine Berry (15 ans) continue ses développements et permet de ranger son inventaire en mode off-game. (attention le site peut se trouver down)http://67.202.23.255/

Des projets comme Opensim ou Realextend sont entrain d’apporter des briques supplémentaires et l’on apprend que des parties de codes sont bientôt accessibles. 

Immersive Education Initiative ne semble pas écouter nos nombreux spécialistes et a décidé de retenir pour ses projets : Croquet, SUN, Second Life. 

Et puis Second life pour l’instant n’a jamais détruit mon contenus. A chaque connexion je retrouve tout ce que j’ai crée alors que sur ce même blog le fait de mettre une vidéo m’expose à un retrait sans avertissement qui nuit à mon contenus globale. Contenus qui n’est pas encore monétisé par cette plate-forme et qui lui coûte très cher en hébergement / broadband alors que sur SL je paye et même je peux ne pas payer mais la logique fait que je retrouve mes petits.

yousorry.jpg

7 Réponses

  1. Le crise que subit est curieuse & sans fondement nous sommes d’accord. Le battage médiatique de début 2007 n’y est sûrement pas étranger.
    cela ne durera pas bien longtemps je pense, bcp de projets sont en incubations. Accrochons nous !

  2. Excellent article gromike, le calcul du chiffre d’affaires mensuel est très pertinent, mais ce n’est que le chiffre d’affaires, pas le résultat « bottom line »…

    Qu’en est-il des charges d’exploitation: salaires, locations, amortissements, dépréciations, etc.

    A-t-on une idée du résultat dégagé par Linden Lab lors du dernier exercice? Et ont-ils publié des chiffres pour 2008?

    Je pense que Second Life a encore une avance technologique et aussi en terme de notoriété par rapport à l’ensemble de ses concurrents, cependant la concurrence doit certainement entrainer des tensions et les pousser à envisager une stratégie mêlant le business à la technologie, avec à la clé des choix qui peuvent se révéler risqués; il serait bon de connaitre leur marge de manœuvre réelle…

  3. Oui, Gromike bravo pour cet article. Connait-on un équivalent ? Je veux dire… Une société, qui, à l’équivalent de Linden Labs, aurait réussi en hébergeant des clients sur une technologie propriétaire, qu’elle aurait libéré par la suite pour asseoir son extension ?

  4. De quelle crise parles-tu exactement, Gromike ? Lis-tu encore les mauvais journalistes et les incompétents ?😉

  5. Bravo Gromike pour la qualité et le contenu de ton article.

    Tout bon projet a toujours eu des détracteurs, et surtout la concurrence qui a intérêt à affaiblir le concurrent leader avant de pouvoir s’introduire sur le marché. Je part du principe que plus on dit du mal de quelqu’un o d’un projet, plus il est à remarquer que ce projet est populaire. Et quand on est leader, il ne faut pas céder par démagogie à des propos d’une minorité semblant refléter la majorité.

    Je crois personnellement que Second Life n’est pas en danger, et le seul danger qui pourrait survenir ne pourrait venir que de l’intérieur même de la boîte.

    Suraya Xeno
    (http://surayaxeno.blogspot.com/

  6. Même question: de quelle crise parle t-on exactement ?

    Au niveau économique, je ne vois pas de crise: Linden Lab continue d’engranger des revenus confortables, le nombre d’île continue d’augmenter mois après mois. Son économie virtuelle est en croisance malgré des soubresauts dus à ses changements de politique sur l’interdiction des casinos puis des banques.

    Au niveau du nombre de résidents, il faut nuancer: le nombre moyen de connectés simultanés augmente. Mais le nombre de nouvelles inscriptions connaît une importante chute ces derniers mois, ce qu’avait mis en évidence Wagner James du New World Notes. Cela n’empêche pas la population de grossire mais pose la question du renouvellement des utilisateurs de la plate-forme.

    C’est donc plus au niveau médiatique que se situe la vraie crise. Beaucoups de journaux font leurs titres sur la fin du métavers après l’avoir surmédiatisé un an auparavant. Cela explique, je pense, la plus forte réticence des annonceurs a investir sur Second Life. C’est dans cette même crise que sont plongés les prestataires comme Millions Of Us ou Electric Sheep Company (qui a du licencié 1/3 de son personnel) même si ils ont su diversifier leurs services sur d’autres métavers.

    Je rejoints ton point de vue sur la capacité de Philip Rosedale. Il a montré son savoir-faire dans la réalisation du produit: Second Life est la plate-forme qui offre le plus de liberté et de possibilité de création, son économie est solide et développée.
    Mais je trouve que son bilan sur la commercialisation du produit est un échec. Les critiques continuent de se porter sur la communication avec les résdents; comment expliquer que le site web et le client ne soient pas traduis convenablement pour une société qui vise l’internationale; pourquoi y a t-il autant d’obstacles lors de l’inscription sur la grille mineur ou adulte; pourquoi le design du client est-il toujours aussi vieillot.
    Il y a encore beaucoup de choses à améliorer et j’espère que le prochain CEO s’attelera à cette tache sans faire passer le développement du métavers au détriment de sa commercialisation. Une plus grande facilité d’accès contribuerait certainement à démocratiser Second Life.

  7. Bonjour à tous,

    Chapeau bas pour les calculs du rédacteur.
    J’ai, dans un vie numérique lointaine, développé une système de statistique temps réel pour les îles dans SecondLife.
    J’ai vite arrêté ! J’ai eu droit à des retours de bâton pas triste avec comme argument système pas fiable, chiffre pas bon, ben oui quoi il n’y a qu’un trafic très faible sur les îles. Faible dans le sens retour sur investissement par apport aux compétences techniques qu’il faut déployer dans un monde virtuel (quelque soit la plate forme).

    En gros la tuyauterie Internet est encore trop petite.
    Et c’est sur ce petite point là que tout va se jouer pour les univers virtuels, je m’explique :

    Quand la fibre optique va arrivée partout, enfin chez ceux qui ont les moyens car faire tourner des moteurs 3D de la dernière génération va demander des ordinateurs puissants , je ne suis pas sur que Linden lab fasse le poids face au environnement photo-realiste des moteurs 3D du futur (crytech, etc..).
    Et en plus, cerise sur le gâteau, il ne pourrons rien faire car il ne pourrons pas utiliser les vraies technique 3D car leur solution technique a été faite pour résoudre les contraintes des bandes passante de type adsl.

    Donc l’avenir à long terme de SecondLife je me pose vraiment question…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :