Linden Lab (editeur de Second Life)se lance dans le e-commerce avec l’acquisition de OnRez et Xstreet SL

slexchange001

Communiqué de presse

L’acquisition stratégique de ces plateformes de commerce en ligne permet à Second Life d’intégrer le e-commerce à son monde virtuel Second Life

Paris, le 21 janvier 2009 – Linden Lab®, créateur du monde virtuel Second Life®, annonce aujourd’hui un événement clé dans l’expansion de sa plateforme Second Life : l’acquisition de deux sites de e-commerce de biens virtuels, Xstreet SL et OnRez. Ces acquisitions viennent à la suite de plusieurs autres initiatives stratégiques telles que l’amélioration de l’expérience du nouvel utilisateur sur Second Life. Ces initiatives permettront à Linden Lab d’ouvrir le monde virtuel à une audience plus large en 2009. Linden Lab a décidé de regrouper les deux plateformes de e-commerce sur la plateforme de Xstreet SL, offrant ainsi un seul site d’achat en ligne pour les clients et les webmarchands. Cette nouvelle plateforme permettra aux résidents de Second Life de trouver plus facilement les biens virtuels qu’ils souhaitent acheter. Quant aux vendeurs, ils auront davantage de canaux de distribution à leur disposition pour vendre leurs produits.

Le marché global de biens virtuels génère approximativement 1,5 milliards de dollars par an* et Second Life joue un rôle significatif sur ce marché. En 2008, les résidents de Second Life ont acheté et vendu pour plus de 360 millions de dollars de biens ou services virtuels. Le commerce de biens virtuels est devenu un des aspects de l’expérience Second Life les plus attirants et populaires. L’acquisition de ces sites de e-commerce permettra à l’économie de Second Life de continuer à se développer, notamment en rendant les transactions de biens et de services en ligne encore plus simples pour les acheteurs et les vendeurs.

Xstreet SL est un site de e-commerce similaire à Amazon ou eBay. Il procure un catalogue en ligne que les résidents de Second Life peuvent utiliser pour rechercher, acheter ou vendre des produits ou services virtuels en rapport avec Second Life. Tout comme les sites de e-commerce qui sont un moyen complémentaire de faire des achats dans la vie réelle, Xstreet SL propose de compléter l’expérience d’achat des résidents de Second Life avec la visite de boutiques en 3D, de magasins ou de centres commerciaux leur permettant d’acheter des biens et des services créés par les résidents eux mêmes. Linden Lab intègrera Xstreet SL à Second Life de façon à rendre plus accessibles sur le web les biens virtuels pour les consommateurs. Le lancement de cette expérience de e-commerce incitera les résidents de Second Life à aller dans le monde virtuel pour collecter et utiliser les biens achetés en ligne, offrant ainsi aux webmarchands la possibilité d’aller plus loin dans la promotion de leurs magasins virtuels. Enfin, les webmarchands bénéficieront davantage d’options pour commercialiser plus de 680,000 produits Second Life actuellement mis en vente en ligne, incluant des vêtements, des animations, des véhicules, des bâtiments et des meubles.

« Second Life étend son empreinte dans l’industrie des mondes virtuels à travers quatre initiatives majeures : la localisation de l’expérience Second Life dans tous les marchés clés, la simplification de la ‘première heure d’utilisation’ pour retenir plus d’utilisateurs,, le lancement d’une plateforme dédiée aux entreprises et la construction de notre marché de biens virtuels », déclare à cette occasion Mark Kingdon, CEO de Linden Lab. « Les créateurs de contenu et les webmarchands sont les piliers de l’économie de Second Life. Avec ces acquisitions, nous seront maintenant capables de leur offrir l’opportunité de booster de façon substantielle leurs affaires, tout en améliorant l’expérience Second Life pour tous les résidents. »

« L’économie ‘inworld’ vibrante fait partie de ce qui rend Second Life une expérience aussi attractive pour les résidents », déclare Jay Geeseman, fondateur de Xstreet SL. « De même que le e-commerce améliore l’expérience des acheteurs pour les biens réels, il peut également le faire pour les biens virtuels. Grace à l’intégration de la plateforme de commerce Xstreet SL à Second Life, les résidents auront la possibilité de trouver des biens plus facilement et feront leurs achats en toute simplicité, tandis que les webmarchands profiteront de canaux de distributions plus larges pour la vente de leurs créations. »

Dans un futur immédiat, Xstreet SL continuera de fonctionner tel quel et ne connaitra que peu de changements. OnRez restera actif quelques semaines afin de donner aux consommateurs et aux webmarchands la possibilité de faire migrer leur compte et leur inventaire sur Xstreet SL. Plus d’informations sur la transition et les plans futurs de développement de Xstreet SL sont disponibles au lien suivant : http://xstreet.secondlife.com

Pour plus d’informations sur les initiatives stratégiques de Linden Lab, incluant ces acquisitions, n’hésitez pas à vous rendre sur le blog officiel de Second Life : http://blog.secondlife.com/

* Source: New York Times, 7 décembre 2008

À propos de Second Life et de Linden Lab
Second Life est un monde virtuel en 3D habité par un nombre croissant de Résidents répartis dans une centaine de pays à travers le monde. Dans Second Life, les Résidents créent eux-mêmes leur propre monde constitué de maisons, de voitures, de discothèques, de magasins, ou encore de paysages.

Second Life Grid est une plateforme de développement élaborée. Elle a été créée par Linden Lab, société fondée en 1999 par Philip Rosedale, afin de proposer une forme unique d’échanges en 3D. En mai 2008, Mark Kingdon, ancien CEO de Organic Inc, a été nommé CEO de Linden Lab, aux côtés de Philip Rosedale, désormais Chairman of the Board. Mitch Kapor, pionnier du marché du logiciel et fondateur de Lotus Development Corporation, est également membre du Board. Basée à San Francisco, Linden Lab emploie une équipe expérimentée qui bénéficie d’une expertise confirmée en physique, en graphisme 3D et en problématiques réseaux. Second Life® et Linden Lab® sont des marques déposées de Linden Research, Inc.

Contacts presse :
LEWIS pour Linden Lab
Elodie Lefeuvre – elodiel@lewispr.com
Anne Taudin – annet@lewispr.com
Tel : 01 55 31 98 04

XStreet SL and OnRez to Join Linden Lab!

Publicités

Petite opinion sur l’intervention de Susan Wu au Web08

Suite à quelques échanges entre bloggers sur l’intervention au Web08 de Susan Wu, j’ai décidé de donner mon petit point de vue qui n’a pas beaucoup de valeur mais qui est le mien J.

 

Tout d’abord, concernant le Web08, ce type de conférence avec des speakers de hauts vols limités par des interventions de 10 minutes ou en débats ne m’apporte généralement pas grand chose. Cependant même s’il y a eu apparemment des loupés, l’organisation d’un tel rassemblement à Paris reste une réussite en terme d’audience et de notoriété. Donc si Loïc Lemeur en agace plus d’un, son dynamisme apporte quand même de bonnes choses à l’ensemble des acteurs numériques en mettant la France sur la map des grandes confs. En plus, j’ai un bon sentiment concernant l’attitude générale de Monsieur lemeur ayant travaillé en partenariat avec ce garçon sur le lancement d’un service de blog pour un éditeur. Par contre, la place occupée par les mondes virtuels lors de cette conférence me paraît assez légère. Suivant  l’actualité et les acteurs des mondes virtuels et autres réseaux sociaux, j’avais il y a un bout de temps proposé ici un lien vers une conférence dédiée et organisée à ce titre par Susan wu). Notre ami Susan est un VC (venture Capitalist), c’est à dire un investisseur et non un praticien ou quelqu’un travaillant pour une société générant déjà des revenus ou des transactions conséquentes via une plate-forme identifiée.

 

A sa décharge notre pauvre amie doit expliquer plusieurs concepts encore flous pour l’audience en 10 minutes. Le thème est  “Virtual Goods make REAL money” et la première question participative « combien d’entre vous commercialisent des services de contenus, combien d’entre vous commercialisent des biens virtuels » paraît un peu naïve et le résultat évident. Elle va donc en principe s’employer à expliquer l’intérêt de ce type de monétisation ou d’usage (slide : Why would people spend hard earned cash on « objects » that have no tangible substance ?).

 

En ce qui me concerne je ne partage pas son défilé de présentation car le but originel est de donner une image du marché des biens virtuels et de sa viabilité en terme de revenues. Or le speaker part très vite dans l’approximatif et le conceptuel. Face à des dirigeant ou décideurs et venant d’un VC, j’aurais préféré un slide sur le nombre d’utilisateurs de mondes virtuels, MMORPG (état du marché et évolution), une explication sommaire de mondes virtuels et applicatifs dérivés , la part des investissements consacrés aux sociétés du secteur, le montant globale des transactions générés par l’achat ou l’échange de biens virtuels et deux trois exemples de sociétés prouvant l’efficacité en terme de monétisation. En gros un slide impactant et accrocheur.

 

Exemple

 

Exemple de chiffres 2007 de société prouvant l’efficacité en terme de monétisation:

 

Création de 206 Millions de virtual pets (Neopet)

Plus de 100 Millions de membres pour Habbo hotel dont 90 % de leurs 60 millions de revenues annuels proviennent de la vente de biens virtuels.

Tencent operateur Chinois génére plus de 100 millions de dollars au premier trimestre 2007 dont 65 % proviennent de ventes et de services de biens virtuels.

Nexon génére 195 millions de dollars de revenues sur la base de vente de biens virtuels.

Le poids des transactions inworld de Second Life ( 60 millions de ventes d’objets par mois) et ses marketplace (ex Xstreetsl, Onrez)

 

Hélas on part dans une explication du coté intangible de la chose qui peut être évoquée oralement en 5 secondes en première question participative.( cf : la montre par Bill Gurley).

 

 

L’application Superpoke de Slide est mis en exergue mais connaît on le nombre d’utilisateurs passant en mode payant ? Quelles sont les revenues ? sinon quelle différence pour l’auditeur avec un système d’envoi d’e-card de 1999 ?

 

J’aurais préféré un slide focus sur Habbo hotel entant que plate-forme dont l’actualité (instauration de monnaie virtuelle, principe de reprise et d’échange d’objets…) en ce domaine est riche et le modèle prouvé. Un autre sur les spécificités de développement de branding de marque ou d’individus via les objets crées dans Second Life qui est encore et toujours le plus vaste laboratoire in vivo en terme d’expériences diverses pouvant être étudiées sur ce point. (notion de freebie, mode de viralité, appartenance et réseaux (j’achete parce que je te connais ou t’apprécie), marketplace, personnes vivant de cette activité (ex : gagner sa vie en étant jardinier dans second life : Lillith Heart ), goodies de marques, notion de droits de proprietés et cession de droits, pricing, objet identitaire et revendicatif (associations)…)

 

Un slide sur l’interconnectivités des reseaux et mondes virtuels (vendre sur plusieurs plate-forme)

 

Un arrêt sur image par exemple sur une société commercialisant les droits de personnalités ou la notion de vente d’art virtuel et donc l’évolution en cours (Virtual Great)

 

Et finalement un lien vers 5 heures de conférences en ligne sur le sujet avec des case study.

 

Au sujet de la petite polémique « apologie du goldfarming » :

 

La jeune Marjorie fait comme son mentor, une accroche dans le titre qui amènera de la réactions et de la popularité et ça marche cependant je reste sur le fait que la présentation un peu bancale de Susan wu est l’essentiel du problème et que les allusions au goldfarming est un exemple de la confusion et du manque d’efficacité de sa présentation. Après, cette notion d’industrialisation à bas coût a toute sa place au cours d’une intervention plus longue car divers exemples existent et vont perdurer de façon inéluctable.

 

5 heures de conférences en ligne sur le sujet avec des case study

 

X-Reality ou Cross reality en cours

forbes_joe_paradiso

Joe Paradiso (professeur au MIT) poursuit des études financées par linden lab autour du concept de X-Reality ou Cross reality. L’ambition est d’amener plus de réalité en plaçant divers capteurs, écrans , informatique dans des lieux réels.

Le Shadow lab de Josh Lifton

oinstallation_joe_paradiso

shadow_lab

Lien : Forbes

Josh Lifton

Joseph paradiso

Scenes de crimes pour les Experts Manhattan

csi1.jpg

csi2.jpg

csi3.jpg

csi4.jpg

csi5.jpg

SLurl

Site

Le géant de la pub Omnicom semble croire au virtuel

Omnicom la holding qui couvre les réseaux d’agences tel que BBDO et DDB et TBWA vient d’acquérir des parts de la société Million of us, spécialisée dans l’installation de marque dans Second Life.

Ce rapprochement permet au groupe d’apporter une compétence supplémentaire sur le marché des mondes virtuels et de pouvoir servir ses nombreux clients de par le monde. 

Reuben Steiger de Millions of Us

“We are entering an era known as the ‘Avatar Age’ in which people connect face to face online. Because people today trust the recommendations of friends much more than advertising, companies can now seize the opportunity to support online communities and connect more deeply with their customers through social networks rather than through traditional online advertising,”

Site de Million of us

je rajoute une vidéo de Sibley Verbeck à la conférence Virtual Worlds  2007(ceo de l’agence concurrente Electric Sheep)

Ce dernier nous explique que le public en dessous de 18 ans se focalise désormais sur les mondes virtuels et délaisse progressivement la télévision.

Il nous présente aussi l’un de leur projet d’interface plus intuitif que le modèle standard proposé par Linden lab dont la prise en main n’est pas suffisamment adaptée aujourd’hui.

Il explique pourquoi le virtuel sera un levier inévitable pour la publicité. 

Pour finir, Jerry Paffendorf que j’ai rencontré il y a maintenant déjà un an, vient de quitter Electric Sheep  pour monter Wello avec notamment Marc Wallace l’éditeur de 3pointd

 snoopybrown_zamboni.jpg