Mise en abime de la notion de virtualité et du futur proche lié aux mondes virtuels tel que second life

La majorité des personnes actuellement sont relativement sceptiques sur l’utilité apparemment « artificielle » des mondes virtuels. Ces mondes en cours ou en création devraient pourtant prendre leur place dans le futur au niveau de différents usages tout comme l’Internet ou d’autres modes de virtualité. Ce concept de virtualité n’est pas nouveau mais par contre très mal employé et parfois fustigé (second life, get a first life) finalement tout ceci est histoire de compréhension et de recadrage historique. C’est à travers une explication « historique » et chronologique que les appréhensions du virtuel sont balayées par une brillante démonstration de Alain Le Diberder. Le conférencier n’est autre que l’un des concepteurs du deuxième monde (monde virtuel français apparu avant Second Life, autonome et rentable mais dont le développement fut stoppé par Vivendi Universal). Il y a deux ans tout le monde se demandait ce que pensaient Alain Le Diberder et son frère Frédéric de leur successeur américain, or on apprend aujourd’hui que SL est pour eux une suite évidente et que notamment Frédéric est vendeur de chaussure à ses heures :-).

Voici donc une explication exhaustive sur les nécessités de se pencher sur ces univers virtuels en devenir et qu’en somme tout cela vient de très loin.

 

 

La deuxième partie est orchestré par Yann Minh qui donne quelques explications sur l’utulisation de second Life pour son travail d’artiste.

 

 

Source : Blog des Managers Intranet

Publicités

Autre chose qu’une implantation bidon: les transmusicales dans Second Life, les ames volantes d’Orange

Le traitement médiatique est injuste, il est préférable de parler des trains qui arrivent en retard que de ceux qui arrivent à l’heure. Donc dès qu’un « faits divers ou de société » peut être relaté nous voyons une foison de blogs, de re-dit blogs (pas de contenu mais des reprises et du liens sponsorisé partout), médias web se contenter du pire. Dès lors l’étiquette monde virtuel ou Second Life n’inspire pas grand monde quand les projets sont un peu plus conséquents et valent d’en parler. C’est le cas des Transmusicales de rennes qui sous l’impulsion d’acteurs motivés  ont offert la deuxième édition de cet évènement dans et avec Second Life comme support. La mix réalité (concert réel / concert virtuel) se pratique depuis quelques temps dans Second Life mais les gros organisateurs de concerts ou boites d’événementiel n’en ont pas encore pris la mesure. On dira Bravo à ceux qui ont porté le projet, ceux qui ont participé à sa réalisation et aussi aux organisateurs des transmusicales qui se foutent du buzz et donne le bon ton tout comme en 1992 avec un plateau techno (mal vue à l’époque mais ils avaient eu raison J).

 

 

 

Dans un autre genre, soulignons aussi l’installation réalisée par Orange dans le cadre du Grand Palais (tiens ça me rappelle Yves saint Laurent dans Second Life et à la FIAC l’année dernière). L’idée est vraiment intéressante :

 

« l’installation ‘Les Ames Volantes’, qui permet à tout utilisateur de Second Life de venir ‘exposer son avatar’ en direct sur les murs du Grand Palais. Ces visiteurs ‘virtuels’ connectés depuis les quatre coins de la planète inviteront le public, le temps d’une apparition, à s’interroger sur l’identité, la représentation et la notion de virtualité. »

 

les-ames-volantes

les-ames-volantes2

 

Source : Extralab

Flickr

Transmusicales Second Life

 

Petite opinion sur l’intervention de Susan Wu au Web08

Suite à quelques échanges entre bloggers sur l’intervention au Web08 de Susan Wu, j’ai décidé de donner mon petit point de vue qui n’a pas beaucoup de valeur mais qui est le mien J.

 

Tout d’abord, concernant le Web08, ce type de conférence avec des speakers de hauts vols limités par des interventions de 10 minutes ou en débats ne m’apporte généralement pas grand chose. Cependant même s’il y a eu apparemment des loupés, l’organisation d’un tel rassemblement à Paris reste une réussite en terme d’audience et de notoriété. Donc si Loïc Lemeur en agace plus d’un, son dynamisme apporte quand même de bonnes choses à l’ensemble des acteurs numériques en mettant la France sur la map des grandes confs. En plus, j’ai un bon sentiment concernant l’attitude générale de Monsieur lemeur ayant travaillé en partenariat avec ce garçon sur le lancement d’un service de blog pour un éditeur. Par contre, la place occupée par les mondes virtuels lors de cette conférence me paraît assez légère. Suivant  l’actualité et les acteurs des mondes virtuels et autres réseaux sociaux, j’avais il y a un bout de temps proposé ici un lien vers une conférence dédiée et organisée à ce titre par Susan wu). Notre ami Susan est un VC (venture Capitalist), c’est à dire un investisseur et non un praticien ou quelqu’un travaillant pour une société générant déjà des revenus ou des transactions conséquentes via une plate-forme identifiée.

 

A sa décharge notre pauvre amie doit expliquer plusieurs concepts encore flous pour l’audience en 10 minutes. Le thème est  “Virtual Goods make REAL money” et la première question participative « combien d’entre vous commercialisent des services de contenus, combien d’entre vous commercialisent des biens virtuels » paraît un peu naïve et le résultat évident. Elle va donc en principe s’employer à expliquer l’intérêt de ce type de monétisation ou d’usage (slide : Why would people spend hard earned cash on « objects » that have no tangible substance ?).

 

En ce qui me concerne je ne partage pas son défilé de présentation car le but originel est de donner une image du marché des biens virtuels et de sa viabilité en terme de revenues. Or le speaker part très vite dans l’approximatif et le conceptuel. Face à des dirigeant ou décideurs et venant d’un VC, j’aurais préféré un slide sur le nombre d’utilisateurs de mondes virtuels, MMORPG (état du marché et évolution), une explication sommaire de mondes virtuels et applicatifs dérivés , la part des investissements consacrés aux sociétés du secteur, le montant globale des transactions générés par l’achat ou l’échange de biens virtuels et deux trois exemples de sociétés prouvant l’efficacité en terme de monétisation. En gros un slide impactant et accrocheur.

 

Exemple

 

Exemple de chiffres 2007 de société prouvant l’efficacité en terme de monétisation:

 

Création de 206 Millions de virtual pets (Neopet)

Plus de 100 Millions de membres pour Habbo hotel dont 90 % de leurs 60 millions de revenues annuels proviennent de la vente de biens virtuels.

Tencent operateur Chinois génére plus de 100 millions de dollars au premier trimestre 2007 dont 65 % proviennent de ventes et de services de biens virtuels.

Nexon génére 195 millions de dollars de revenues sur la base de vente de biens virtuels.

Le poids des transactions inworld de Second Life ( 60 millions de ventes d’objets par mois) et ses marketplace (ex Xstreetsl, Onrez)

 

Hélas on part dans une explication du coté intangible de la chose qui peut être évoquée oralement en 5 secondes en première question participative.( cf : la montre par Bill Gurley).

 

 

L’application Superpoke de Slide est mis en exergue mais connaît on le nombre d’utilisateurs passant en mode payant ? Quelles sont les revenues ? sinon quelle différence pour l’auditeur avec un système d’envoi d’e-card de 1999 ?

 

J’aurais préféré un slide focus sur Habbo hotel entant que plate-forme dont l’actualité (instauration de monnaie virtuelle, principe de reprise et d’échange d’objets…) en ce domaine est riche et le modèle prouvé. Un autre sur les spécificités de développement de branding de marque ou d’individus via les objets crées dans Second Life qui est encore et toujours le plus vaste laboratoire in vivo en terme d’expériences diverses pouvant être étudiées sur ce point. (notion de freebie, mode de viralité, appartenance et réseaux (j’achete parce que je te connais ou t’apprécie), marketplace, personnes vivant de cette activité (ex : gagner sa vie en étant jardinier dans second life : Lillith Heart ), goodies de marques, notion de droits de proprietés et cession de droits, pricing, objet identitaire et revendicatif (associations)…)

 

Un slide sur l’interconnectivités des reseaux et mondes virtuels (vendre sur plusieurs plate-forme)

 

Un arrêt sur image par exemple sur une société commercialisant les droits de personnalités ou la notion de vente d’art virtuel et donc l’évolution en cours (Virtual Great)

 

Et finalement un lien vers 5 heures de conférences en ligne sur le sujet avec des case study.

 

Au sujet de la petite polémique « apologie du goldfarming » :

 

La jeune Marjorie fait comme son mentor, une accroche dans le titre qui amènera de la réactions et de la popularité et ça marche cependant je reste sur le fait que la présentation un peu bancale de Susan wu est l’essentiel du problème et que les allusions au goldfarming est un exemple de la confusion et du manque d’efficacité de sa présentation. Après, cette notion d’industrialisation à bas coût a toute sa place au cours d’une intervention plus longue car divers exemples existent et vont perdurer de façon inéluctable.

 

5 heures de conférences en ligne sur le sujet avec des case study

 

Red Bull s’arroge le fameux titre de premier annonceur dans le monde virtuel Sony Home

red_bull_vendor_second_life

Red Bull va devenir le premier partenaire en terme de sponsoring pour Sony Home. Je me rappelle avoir contacté la société concernant Second Life et facebook. Il y a encore quelques mois, le positionnement sur les réseaux et mondes virtuels ne faisaient pas encore partie de la stratégie numérique de Red bull. Sachant que les utilisateurs-consommateurs auto-alimentent naturellement la marque ( groupes, pages fan, objets virtuels dans second life), la boisson énergisante pouvait se faire attendre. Pourtant à l’opposé de nombreuses installations dans Second Life, cette marque me paraissait en pertinence avec ses cibles, ses activités (F1, musique). Une île Red Bull alimentée par des événements voir des liens événementiels réels aurait facilement trouvée son public. Cependant la masse de travail que cela représente est peut être trop importante et pas assez traçable donc un partenariat avec Sony paraît plus intéressant sur le papier car la marque s’offre son opération de RP « 1er annonceur sur Sony home » (cf. le premier sur Second Life, Google lively…) et une visibilité consacrée dans la communauté des possesseurs de Playstation. Peut être que Red Bull amorcera en parallèle une stratégie sur d’autres univers ou niches sociales.

Source : Virtual World News

Visioglobe : logiciel de navigation en 3 dimensions, embarqué sur un téléphone mobile

Visioglobe est une société française qui vient de remporter le trophée de la meilleure innovation technologique aux Tourisma Awards 2008. Le système sera totalement opérationnel d’ici 2010 / 2011.

visioglobe

http://visioglobe.com/?page_id=15

Music Mogul le prochain monde virtuel axé sur la musique ouvre l’enregistrement de sa beta

Music mogul

Les IntraVerse 2009 s’invitent au salon IMAGINA et comptent s’exporter

intraverse_2008_remise_de_p

A l’heure où toute la blogosphere va se focaliser sur l’événement LeWeb 08, je souhaite en mettre un autre en valeur. Tout d’abord parce que malgré la belle réussite de faire un tel événement à partir de Paris, cette année les univers virtuels sont totalement inexistants. Il est vrai qu’il n’est pas toujours évident de faire un plateau de conférences qui convienne à tous mais on notera que le virtuel n’est pas au goût du jour malgré le nombre de projets qui sortent tous les mois, les premiers pas de Google, les divers grands acteurs en marche (Sony, Microsoft, IBM, Disney…), les convergences mobiles / réseaux sociaux, serious game et j’en passe. A l’inverse l’équipe des Intraverse mise sur la continuité et monte en puissance. La prochaine édition aura lieu le 6 février prochain (donc je ne pourrai pas remporter de prix cette fois ci cf gromike) dans le cadre d’IMAGINA. La filiation est tout à fait naturelle et donne une visibilité internationale précieuse.

International Intra Verse Awards 2009 et Imagina 6 fev 2009 

Créé en 2008 par B-r-ent le Prix Intra Verse a frappé fort avec une cérémonie en duplex sur Second Life et à la CCIP. Ce Prix a été un point d’inflexion dans le panorama international de l’usage des univers virtuels au sein des organisations. Toutes les formes de structures organisationnelles voient maintenant le véritable bénéfice en termes de management du développement qu’elles peuvent tirer de cette nouvelle économie 3D.
Fort de ce lancement réussi, l’IntraVerse s’internationalise désormais en raison du grand intérêt qu’il a très largement suscité chez les observateurs avertis. Les « 2009 International Intra Verse Awards » (2009 IIVA) auront ainsi lieu à Monaco le 6 février dans le cadre de l’évènement de renom international qu’est  » Imagina « . 

 Après le prix Intra Blog (récompensant les meilleurs blogs d’entreprises), le Prix Intra Verse s’installe dans le paysage des récompenses prestigieuses dans le domaine du management. Ce prix vise à récompenser selon les standards mondiaux les plus exigeants, les projets d’entreprises ou d’organisations réalisés à partir d’univers virtuels (metaverses). Il peut s’agir de réalisations dans le domaine des ressources humaines (recrutement, formation), de la collaboration, de la communication, de l’innovation, etc.

La suite :

b-r-ent

IMAGINA