Google lance « Google Deadly » un univers virtuel mort né

google_lively_treetops_clos

Rien de bien étonnant concernant l’arrêt prochain de Google lively (je parlais dès l’annonce de pétard mouillé). Google parle de recentrer ses activités (sous couvert de crise, le bon alibi) au lieu d’un loupé magistral. On peut être le plus gros, avoir des tonnes de développeurs, les soit disant meilleurs managers de l’Internet (pfff J) et concevoir une bouse techno marketé ou pas  par des bras cassés. On ne peut pas croire qu’il y ait eu de vraies réflexions stratégiques sur ce produit sortis à la va vite, a croire que personne chez google n’a vraiment de connaissances sur ce marché très spécifique où les cas d’écoles ne sont pas encore assez pertinents pour le copier / coller de rigueur. Autant il est malheureux que de petits acteurs se trompent sur ce marché où l’originalité marketing est à privilégier (plus du domaine de l’invention et de l’innovation de concept que de reprises obsolètes), par contre ce géant aux pieds d’argile vient de démontrer son incompétence à monter en son sein ce type de produit. Chez google on s’est dit « on est google ils viendront tous naturellement » par contre le manque d’humilité et la zéro existence de recrutement, fidélisation et contenus expliqués et attractifs ainsi que nombreuses fonctionnalités manquantes et interactions inexistantes avec des produits maisons ne pouvaient pas faire une réussite. Croire que l’on monte un monde virtuel en 6 mois d’exploitation en attendant sur son pas de porte virtuel démontre l’inaptitude de Google à gérer cette typologie de projet. Manque d’analyse du marché, manque d’expérience et méconnaissance des aspirations des premiers utilisateurs, manque d’ambition, manque d’originalité, finalement un grand manque d’analyse et de réflexions. L’affaire a été confié à un ingénieur (qui n’a peut être pas eu toutes les clefs ) Niniane Wang, son site en dit long en terme de design (http://niniane.org/ ), son cv montre une expérience sur Flight Simulator entant qu’ingénieur chez Microsoft, en gros très peu de connaissances globales et stratégiques des pratiques d’un monde virtuel. L’arret totale de recherche de Google vis à vis des mondes virtuels serait une autre erreur, des réflexions autours des mondes mirroirs pourraient plus être dans leur cordes.

Publicités

Visite sans grand interêt de la rome Antique via google earth

IBM s’est lancé dans la visite guidée de la cité interdite en Chine donc Google lui réplique Rome antique, cependant IBM a développé sa propre infrastructure alors que Google se repose sur ce projet sur Google earth. La vidéo montre le chemin par contre il faudra charger trois type de layer pour voir quelque chose.

 

google_earth_rome

 

Tout comme dans Second Life, les images des bâtiments se chargent petit à petit mais là le niveau n’est vraiment pas à la hauteur. Comme la visite ne peut pas se faire via un avatar comme pour la cité interdite d’IBM, le problème de navigation empêche vite toute découverte et immersion.

 

google_earth_rome2

 

Les bâtiments (lorsqu’on ne les transperce pas à coup de zoom pour voire apparaître la cartographie récente) sont accompagnés de fenêtre type pop up avec une description du lieux. Les textures sont du plus sommaires et rien d’interactif ne se glisse dans cette Rome sans âme.

 

google_earth_rome3

 

Source : Google

http://www.romereborn.virginia.edu/

A Lire :

Visite virtuelle de la Cité interdite en 3D réalisée par IBM et le musée de la Cité interdite

 

La Rome antique développé par une seul personne via Second Life

Visiter la rome antique dans second life